Contact
Qui sommes nous

La colère monte au Nigeria chez les syndicats de l’éducation. Ils étaient quelques milliers à manifester cette semaine dans les rues de la capitale Abuja pour protester contre la fermeture continue des universités.

 Mais aussi contre ce qu’ils qualifient de promesses non tenues du gouvernement. Comme cet accord de 2009, dans lequel les autorités avaient promis d’allouer plus de fonds et de garantir plus d’autonomie aux universités.

Les syndicats affirment que si aucune action concrète n'est prise par les autorités, le mouvement de grève va se poursuivre. (euronews)

L'Assemblée nationale de Mauritanie a adopté une nouvelle loi introduisant les langues nationales dans l'enseignement primaire mais le texte est contesté par la communauté négro-mauritanienne qui dit craindre que l'arabe lui soit imposé.

Cette loi introduit pour la première fois l'enseignement scientifique au niveau primaire dans les langues maternelles, tout en imposant l'enseignement de l'arabe aux non Arabes et au moins une langue nationale aux locuteurs arabes, selon des documents officiels. Le français va continuer d'être enseigné à partir du primaire.

La population mauritanienne se compose de communautés arabo-berbèreharatine (descendants d'esclaves de maîtres arabo-berbères, dont ils partagent la culture) et négro-mauritaniennes, généralement de langues maternelles d'ethnies subsahariennes (PeulsSoninkéswolofs).

Hégémonie culturelle

Les communautés négro-mauritaniennes dénoncent depuis l'indépendance du pays en 1960 ce qu'elles appellent une hégémonie culturelle de l'arabe, langue officielle parlée par la majorité de la population, et réclament l'officialisation de leurs langues.

La nouvelle loi vise à "mettre un terme à la détérioration alarmante du système éducatif national", a dit le ministre de l'Education nationale, Mohamed Melainine Ould Eyih, devant les députés. Elle résulte, selon lui, "d'un débat sur une longue période qui a regroupé toutes les compétences et sensibilités nationales".

Le nouveau texte constitue une "avancée dans la mesure où les enfants commencent leurs apprentissages dans leur langue maternelle". Elle leur "permettra d'acquérir et de maîtriser plus facilement les connaissances", selon la députée d'opposition Kadiata Malick Diallo

Langues nationales

Elle a suggéré un amendement de l'article 65 pour lever l'ambigüité dénoncée par les non Arabes dans le texte de loi mais son initiative a été rejetée.L'article 65 indique que "l'arabe est enseignée à tous les enfants dont elle n'est pas la langue maternelle comme langue de communication et comme langue d'enseignement".

Deux personnes qui manifestaient contre le nouveau texte ont été interpellées et cinq blessés lundi soir lors d'un sit-in devant le Parlement avant l'adoption du texte, a affirmé mardi dans un communiqué l'Organisation pour l'officialisation des langues nationales (Olan).

Le sit-in a été organisé par l'Olan, composée de militants négro-mauritaniens, qui a dénoncé "la répression" contre ses militants. Elle estime que "par cette loi, la Mauritanie prive des franges de sa population d'un droit fondamental d'expression culturelle".

Elle exige "l'officialisation immédiate des langues nationales" et dénonce l'article 65 du nouveau texte qui, selon elle, "consacre l'injustice linguistique dans le pays". (euronews)

Les élèves et les parents peuvent consulter ces différents résultats en ligne ou suivre la lecture à la radio.

L’attente aura été longue. Les candidats s’impatientaient. Mais voici venue l’heure où chaque candidat sera fixé sur son sort. L’Office du Baccalauréat du Cameroun (OBC) a rendu public les résultats définitifs et des admissibilités des baccalauréats industriels, brevets des techniciens et brevets professionnels industriels de la session 2022.

Ces résultats seront lus dès ce mercredi 27 juillet 2022 sur les antennes du réseau national de la CRTV radio à partir de 22h. Les candidats ou leurs parents peuvent aussi consulter leurs résultats en ligne en envoyant leur matricule au 8070. Les listes des candidats définitivement admis ou admissibles seront affichés au sein des établissements scolaires de manière progressive.

Ces résultats sont rendus publics près d’une semaine après les délibérations qui ont eu lieu le 21 juillet 2022. Leur publication marque le début de la phase ultime de la saison des examens officiels relevant de l’Office du Baccalauréat du Cameroun. Restent encore attendus les résultats des baccalauréats des spécialités commerciales et de l’enseignement secondaire général. (Journal du Cameroun)

Attendu depuis plusieurs années et accéléré par la Covid-19 qui avait contraint le gouvernement à suspendre les cours en présentiel au plus fort de l’épidémie, le programme de digitalisation des enseignements au cycle primaire a officiellement été lancé cette semaine à Ntoum. Un lancement qui intervient deux mois après la tenue à Libreville d’un atelier visant l’élaboration des textes législatifs et réglementaires relatifs au projet.

    Conduit par le gouvernement gabonais par l’entremise du ministère de l’Éducation nationale, en partenariat avec l’Unicef et l’opérateur de téléphonie mobile Airtel Gabon, le Programme de digitalisation des enseignements dans le primaire a officiellement été lancé le 11 juillet dernier à Ntoum (Estuaire). Après l’expérience vécue en 2020 en raison de la pandémie de la Covid-19 ayant contraint les autorités à suspendre un temps les cours en présentiel sur toute l’étendue du territoire national, ce programme était vivement attendu pour répondre à ce genre de situation. Jugé conforme à la vision du président de la République et inscrit dans le pivot social du Plan d’accélération de la transformation (PAT), ce projet, selon Camélia Ntoutoume Leclercq, «participe au renforcement de la résilience éducative de notre système d’enseignement, pour offrir à nos enfants ce qu’il y a de meilleur aujourd’hui». La ministre de l’Éducation nationale, lors de la cérémonie officielle, a d’ailleurs exprimé sa conviction quant au «saut qualitatif» que ce projet permettra au pays de réaliser. «Ce programme, en fonction de son évolution, va nous placer au même niveau que les autres nations qui nous ont précédés, grâce notamment au standard technologique qu’il porte», espère le membre du gouvernement. Pour la matérialisation de ce projet, un comité technique sera mis en place. Celui-ci sera placé sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale. En mai dernier, un atelier de 3 jours visant l’élaboration des textes législatifs et réglementaires avait eu lieu à Libreville. Source: Gabon Review

The post Gabon : vers la digitalisation des cours dans les établissements primaires appeared first on Journal du Gabon.

Vous ne rêvez surtout pas ! Loin de là, il ne s’agit pas aussi d’une histoire à dormir debout. Cela parait incroyable, mais l’histoire est réelle. En Belgique, un jeune garçon du nom de Laurent Simons défie les lois de l’intelligence. Avec le sourire, cet enfant qui devrait en principe être au premier cycle de l’enseignement secondaire, se retrouve à l’Université en train de grapiller des diplômes.

Laurent Simons, 12 ans, a obtenu cette année son master en physique quantique avec une moyenne de 88 %, rapporte le quotidien néerlandophone Het Laatste Nieuws. Le journal rapporte que ce petit génie avait déjà eu à 9 ans, « son bachelier en physique à l’Université d’Anvers« . À cet âge, il devrait tout juste terminer la primaire et entrer au collège…

D’après le journal, le petit Laurent Simons est visiblement un surdoué. En effet, il a une capacité de mémorisation hors du commun pour un quotient intellectuel (QI) de 145, là où la moyenne se situe entre 90 et 110. À 4 ans, il avait presque déjà fini avec l’école première. Laurent Simons se retrouve au collège puis à 9 ans, il fait son entrée à l’Université.

A 12 ans, il vient d’obtenir son Master en Physique Quantique, qu’il a passé en un an – avec la mention « Grande distinction ». Une prouesse parce qu’en vérité la formation dure normalement deux ans. « Je n’ai même pas trouvé ça si difficile », a-t-il dit à Het Laatste Nieuws. Laurent Simons ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il veut utiliser encore ses capacités cognitives.

« Je n’ai pas encore atteint mon maximum », clame Laurent Simons. Le petit génie veut faire autre chose. A en croire le journal, Il prévoit de commencer des études en médecine et a pour ambition, à l’avenir, de participer à l’élaboration d’organes artificiels. Ce cursus dure habituellement 9 à 12 ans, mais Laurent Simons pourrait briser cette barrière.

L’article Incroyable/ A 12 ans, il obtient un Master en Physique: tout sur ce génie entré à l’Université à 9 ans est apparu en premier sur AfrikMag.

Le lycée privé catholique Saint Joseph Artisan de Kombissiri a été inauguré le 9 juillet 2022, après 10 mois de travaux, grâce à un appui financier du Japon, à hauteur de plus de 113 millions de FCFA.

Le projet de construction d’un établissement secondaire d’enseignement catholique qui a débuté le 12 octobre 2021 par la bénédiction du site par l’Evêque Auxiliaire du diocèse de Ouagadougou Monseigneur Léopold Ouédraogo, est maintenant une réalité.

D’où la cérémonie d’inauguration qui s’est déroulée le samedi 9 juillet 2022 après environ 10 mois de travaux de construction.

Le projet de construction du lycée catholique de Kombissiri qui s’est concrétisé, a été rendu possible grâce au financement du gouvernement japonais par l’intermédiaire de la direction générale de la coopération(DGCOOP).

En effet, selon l’actuel Curé de la paroisse Saint Joseph Artisan de Kombissiri l’abbé Ermane Ouédraogo, «le projet a été mijoté par l’équipe presbytérale d’alors et le conseil paroissial des laïcs et porté auprès de la DGCOOP qui l’a approuvé et recommandé à l’Ambassade du Japon auprès du Burkina qui a marqué son accord pour son financement.»

Il a saisi l’occasion pour traduire la reconnaissance de la paroisse à la DGCOOP, à l’Ambassade du Japon, à la direction diocésaine de l’enseignement catholique pour les conseils et les orientations et le conseil municipal de Kombissiri qui a accepté attribué le terrain de près de 3 hectares.

Le chargé de programme de la DGCOOP Martin Zoungrana a rappelé le coût du projet d’un montant 113 millions 358 mille 508 FCFA, sous forme de don du gouvernement japonais qui a permis la construction de 2 bâtiments de 6 salles de classes en tout, d’un bloc administratif entièrement équipés et des toilettes.

Un projet, qui dit-il, va contribuer à accroître l’offre et améliorer la qualité de l’éducation dans la ville de Kombissiri et dans la province du Bazèga.

Il a profité pour saluer la paroisse pour sa contribution à l’atteinte des objectifs de développement particulièrement dans le domaine de l’éducation post-primaire.

Le Haut-commissaire de la province Francine Irma Zoungrana qui a présidé la cérémonie en présence d’autres autorités administratives et coutumières, s’est réjouie de la création d’un établissement catholique au regard de la qualité de son enseignement et de son éducation au profit des élèves.

Elle n’a pas manqué au cours de son intervention de remercier tous les acteurs qui ont concouru à la réalisation de cette infrastructure scolaire.

La cérémonie d’inauguration a été marquée par la coupure du ruban suivie de la remise des clés et la visite guidée des locaux.

La prière de bénédiction des infrastructures a été présidée par l’abbé Isidore Zongo.

Le lycée privé saint Joseph Artisan de Kombissiri ouvrira ses portes à la rentrée scolaire prochaine 2022-2023 par la classe de 6è dont le recrutement des élèves se fera sur un test.

Pour rappel, c’est en 2017 à l’occasion du Jubilé d’or de la paroisse que l’idée de construction d’un établissement d’enseignement catholique a germé.

Agence d’information du Burkina

Les épreuves écrites du baccalauréat 2022 ont démarré, ce lundi 4 juillet 2022, pour 330 567 candidats répartis dans 525 centres sur l'ensemble du territoire national ivoirien.Ces épreuves écrites ont démarré avec les épreuves du français à 07h55, heure locale au lycée des jeunes filles de Yopougon, dans l'Ouest d'Abidjan en présence du ministre de l'Education nationale et de l'alphabétisation, professeur Mariatou Koné. A cette occasion, elle a exhorté les candidats à avoir confiance en eux-mêmes en s'éloignant de la tricherie. « Je voudrais vous demander de vous concentrer sur votre travail », a lancé la ministre aux candidats à qui elle a également demandé « de ne pas se laisser distraire ». « On veut évaluer votre niveau réel. Nous avons eu une année normale (…) », a expliqué Mariatou Koné, invitant les candidats, les parents et les enseignants à « sortir de la tricherie ». Pour cette session, le dispositif contre la tricherie a été renforcé avec la multiplication des surveillants physiques, mais également des caméras pour la surveillance électronique. Le baccalauréat 2022 dont les résultats sont attendus le 25 juillet prochain vient clore les examens à grand tirage du ministère de l'éducation nationale et de l'alphabétisation qui ont démarré le 07 juin 2022 avec le Certificat d'études primaires élémentaires (CEPE) et dont les résultats ont été proclamés le 21 juin dernier.

Cet article Côte d’Ivoire : plus de 300.000 candidats passent leur bac est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane a révélé, dimanche à Boumerdès, qu'un groupe de travail s'attelle actuellement à la préparation d'un projet portant création d'une école nationale spécialisée dans les nanotechnologies, en septembre 2023, au pôle technologique de Sidi-Abdallah (Alger). Un projet inscrit dans le cadre du plan de renforcement du réseau national de l'enseignement supérieur (2021-2024). Ce nouvel édifice s'ajoutera à l'Ecole supérieure d'intelligence artificielle et à l'Ecole nationale supérieure de mathématiques, créées au même pôle technologique de Sidi-Abdallah. Le ministre a également fait part de démarches en cours, au sein des services du secteur de l'enseignement supérieur, pour «modifier et moderniser la nomenclature de formation», de manière à intégrer des sujets relatifs au développement de l'expertise expérimentale et à l'établissement de traditions de recherche expérimentale dans les programmes de formation et d'enseignement, parallèlement à l'ouverture de laboratoires et d'unités de recherche dans le domaine des nanotechnologies. (L'Expression)

Le taux de réussite à l'examen du Certificat d'études primaires élémentaires (CEPE), session 2022 en Côte d'Ivoire, s'est établi à 64,76% contre 52,51% en 2021, soit une hausse de 12,25%.

La proclamation des résultats du CEPE session 2022 a été faite, mardi, par le directeur des examens et concours, Mme Mariam Nimaga Dosso, lors d'un point de presse. 

Pour cette session 2022, 442.558 candidats ont été déclarés admis sur 683.386 candidats qui se sont présentés dans les salles de composition, soit un taux de réussite de 64,76% contre 52,51% en 2021.

Elle a fait observer que le taux de réussite a connu une hausse de 12,25% par rapport au net recul de 42,8% enregistrés l'année précédente. Les résultats désagrégés indiquent 220.157 filles admises sur 336.160 présentées, soit un taux de succès de 65,49%.

Au niveau des garçons, l'on a 222.401 candidats déclarés admis sur 347.226 présents, soit un taux de réussite de 64,05%, a ajouté Mme Dosso, soulignant que les réclamations seront reçues par les IEPP du 21 au 26 juin 2022.

"Aucune requête ne doit être rejetée à la réception (et) ce recours est totalement gratuit", a mentionné le directeur des examens et concours, affirmant que des jurys spéciaux de réclamation siégeront le 27 juin 2022 et les résultats seront proclamés ce même jour à 14h. (abidjan.net)

L'évaluation des écoles privées de l'enseignement supérieur ivoirien démarre ce lundi 20 juin 2022 par la phase en ligne, puis la phase terrain à partir du 27 juin 2022L'annonce a été faite vendredi à Abidjan par le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, professeur Adama Diawara au cours d'une cérémonie de lancement de cette opération qui a rassemblé à l'université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, des autorités universitaires, des partenaires et des fondateurs d'établissements. « Cette opération débutera par la phase en ligne le lundi 20 juin 2022, et la phase de terrain se fera à partir du 27 juin 2022 », rapporte une note d'information du ministère, ajoutant que les résultats de cette évaluation seront disponibles à partir du 20 juillet 2022, et seront mis à la disposition des parents et des nouveaux bacheliers pour permettre à ces derniers d'effectuer leur inscription dans des établissements reconnus par l'Etat. « Nous mettrons de l'ordre dans les grandes écoles et universités privées afin de crédibiliser les enseignements qui y sont dispensés et améliorer notre système d'enseignement », a expliqué le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, professeur Adama Diawara. Selon lui, il existe en Côte d'Ivoire 519 établissements supérieurs privés. L'évaluation portera notamment sur la qualité des infrastructures, les équipements, la gestion pédagogique, la gouvernance, le rendement interne et externe. Chaque critère sera noté sur 10. L'établissement évalué doit avoir au moins une moyenne pondérée de 10/20 pour recevoir des affectés de l'Etat. Selon le ministre, trois indicateurs seront obligatoires avant l'évaluation, car leur absence éliminera du classement l'établissement à évaluer. Il s'agit de l'arrêté de création, de l'arrêté d'ouverture et du statut juridique de l'établissement. La liste des établissements supérieurs privés, leurs filières et les diplômes délivrés seront publiés à l'issue de cette opération.

The post Côte d’Ivoire : évaluations des écoles privés du supérieur appeared first on Journal du Gabon.

Copyright © Jours d'Afrique 2020, tous droits réservés

Follow us:

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram