Contact
Qui sommes nous

Au Niger, la cherté de la vie se fait sentir

Par: Narcis'KOUASSI
Publié le : 4 juin 2022

Depuis le début de l’intervention russe en Ukraine, les prix des produits de première nécessité ont connu une importante hausse au Niger. Le lait, le sucre, l’huile et la farine sont les produits dont les prix ont explosé.

Pour Halima Sani qui fait le marché chaque jour, la pauvreté ambiante a été aggravée par cette hausse brusque des prix sur les marchés.

"La hausse des prix nous cause beaucoup de problèmes. Par exemple nous les femmes, avons besoin d’huile chaque jour pour la cuisine. Avant, le litre était à 750 FCFA, maintenant, il est à 1300 FCFA. Le sac de farine de 25 kg, se vendait à 7.000 F, là il est à plus de 10.000 F. En plus de cela, l’argent se fait rare. Et en même temps, les produits sont très chers… ", a regretté Halima.

Crainte pour les rendements agricoles

Dans le Village de Falké à 40 km de Maradi, vit Tassiou Adamou, un agriculteur. Il estime que cette année les récoltes s’annoncent mauvaises parce que les producteurs n’ont pas les moyens d’acheter suffisamment d’engrais.

"L’arachide qui est notre principale culture de rente a besoin d’engrais. Jusqu’à la saison dernière le sac d’engrais coûtait 17.000 FCFA. Cette année, il semble il a atteint 30.000 F. Pour nous qui sommes à la campagne, il est impossible de produire grand-chose. Si tu utilisais 3 sacs d’engrais pour ton champ, tu ne peux aujourd’hui avoir qu’un seul sac avec le même montant. Là où tu récoltais 50 bottes de mil, à peine si tu arrives à produire 30 bottes sans engrais. Et la vie est très cher ici. Ce qui coûtait 50 F se vend aujourd’hui à 75 F ", déplore Adamou.

L’association des consommateurs du Niger dit attendre beaucoup de la rencontre Makcy Sall - Vladmir Poutine.

"Actuellement à Maradi, le prix du pain a changé. Et il y’a beaucoup de produits qui nous parviennent de là-bas, donc on souhaite que cette rencontre ouvre la voie à ce que tous les produits qui sont rares actuellement, viennent en quantité, pour que ça soit débloqué. Les gens attendent beaucoup de la Russie parce que c’est comme si elle va nous libérer de nos anciens colonisateurs. C’est surtout cela que les gens pensent. Mais, nous en tant que consommateurs aussi, on pense d’abord aux produits de première nécessité qui sont bloqués à cause de la guerre avec l’Ukraine", a déclaré Abdou Dan Neito l’un des responsables de l’association. (dw.com)

Copyright © Jours d'Afrique 2020, tous droits réservés

Follow us:

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram