Contact
Qui sommes nous

La faim guette les Soudanais alors que les prix augmentent

Par: Narcis'KOUASSI
Publié le : 6 avril 2022

Dans tout le Soudan, les conditions de vie se sont rapidement détériorées depuis qu'un coup d'État militaire en octobre a mis en chute libre une économie déjà fragile.

Chaque jour apporte de nouveaux fardeaux financiers pour Ikhlas Zakaria, une mère célibataire de six enfants qui vend des tasses de thé à un stand au bord de la route dans une ville de province au Soudan. Les prix des produits de base sont montés en flèche et, parfois, elle ne peut offrir qu'un seul repas par jour à ses enfants.

Le coût de l'eau qu'elle fait bouillir pour le thé a doublé. Deux de ses enfants ont abandonné l'école il y a quelques mois pour travailler dans les champs, mais leurs revenus diminuent à mesure que les périodes de sécheresse nuisent aux récoltes.

"La situation est devenue impossible", déclare Ikhlas Zakaria, qui vit dans la région du Darfour ravagée par la guerre et dont le mari est parti il y a plusieurs années.

Dans tout le Soudan, les conditions de vie se sont rapidement détériorées depuis qu'un coup d'État militaire en octobre a mis en chute libre une économie déjà fragile. L'invasion de l'Ukraine par la Russie et les dévaluations monétaires ont aggravé les difficultés économiques.

Le coup d'État militaire du 25 octobre a bouleversé la transition du Soudan vers un régime démocratique après trois décennies de répression et d'isolement international sous la présidence autocratique d'Omar al-Béchir. Le pays est sur la voie fragile de la démocratie depuis qu'un soulèvement populaire a contraint l'armée à destituer Omar el-Béchir et son gouvernement islamiste en avril 2019.

Le coup d'État a également bloqué deux années d'efforts du gouvernement déchu du Premier ministre Abdalla Hamdok pour remanier l'économie avec des milliards de dollars de prêts et d'aide des principaux gouvernements occidentaux et des institutions financières internationales. Ce soutien a été suspendu après le coup d'État.

Le gouvernement précédent a également fait flotter sa monnaie pour mettre fin aux transactions sur le marché noir. "L'économie s'est contractée depuis la réévaluation et ce phénomène a été exacerbé après le coup d'État", selon Sabna Imam, chercheur en économie soudanaise à l'université Erasmus de Rotterdam, aux Pays-Bas.

Mais une dévaluation plus récente a fait grimper les prix. En mars, la livre soudanaise a encore baissé, s'échangeant à un moment donné à 800 pour un dollar. Elle a retrouvé un peu de valeur, mais le mal était déjà fait.

Elle a déclenché des augmentations spectaculaires des prix du pain, du carburant, de l'électricité, des médicaments, des soins de santé et des transports publics. En février, l'inflation a atteint près de 260 %, selon l'agence de recensement du pays. On s'attend à ce que ces chiffres soient encore plus élevés pour le mois de mars.

Volker Perthes, l'envoyé des Nations unies au Soudan, a averti le mois dernier que le pays risquait désormais de ne pas respecter les échéances critiques de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international et que la perspective d'un allégement de la dette de quelque 50 milliards de dollars n'était plus assurée.

"Les effets combinés du conflit, de la crise économique et des mauvaises récoltes vont probablement doubler le nombre de personnes souffrant de faim aiguë, pour atteindre environ 18 millions de personnes d'ici la fin de l'année", a-t-il déclaré au Conseil de sécurité de l'ONU. Une grande partie des plus de 45 millions de Soudanais vivent déjà dans la pauvreté.

À Nyala, la capitale provinciale du Darfour occidental, où vit Ikhlas Zakaria, le prix du sucre et de l'essence est deux fois plus élevé qu'il y a quelques semaines. Pour joindre les deux bouts, elle a augmenté de 50 % le prix d'une tasse de thé. Certains de ses clients ne peuvent plus se le permettre.

Dans la capitale, Khartoum, les manifestations incessantes contre le coup d'État ont paralysé la ville, les manifestants barrant les rues pour faire pression sur les généraux. Avec le dernier épisode d'inflation, les gens ont été contraints de réduire leur consommation de moitié, selon Ahmed al-Tayeb, qui vend des produits d'épicerie sur l'un des principaux marchés de la ville. Il dit avoir constaté d'importantes pénuries de produits de base, en partie à cause de la fermeture des principales routes reliant la capitale aux ports de la mer Rouge et à la frontière égyptienne au nord.

Deux agences de l'ONU - le Programme alimentaire mondial et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture - préviennent que le pire est à venir. Selon la FAO, 5,6 millions de personnes sont affectées par les périodes de sécheresse, en plus des 9,8 millions de personnes qui souffrent d'insécurité alimentaire en raison de la crise économique. Le niveau des précipitations de cette saison dans la plupart des provinces est inférieur à la normale et l'on s'attend à de longues périodes de sécheresse pendant l'été.

Les deux agences ont indiqué que les récents épisodes de violence dans les régions du Darfour et du Kordofan ont endommagé les exploitations agricoles et laissé de nombreuses personnes sans emploi. "Au Soudan, nous naviguons actuellement dans la tempête parfaite", avance Carl Paulson, responsable du programme du PAM dans le pays. Selon lui, plusieurs facteurs sont à blâmer, le plus récent étant l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Cette invasion a fait grimper les prix du carburant et des denrées alimentaires dans le monde entier, mais le problème est plus grave pour les pays pauvres d'Afrique et du Moyen-Orient, qui dépendent fortement des importations pour nourrir leurs populations croissantes. La Russie et l'Ukraine sont la source de 87 % du blé importé par le Soudan.

Le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires a déclaré que plus de 1,9 milliard de dollars étaient nécessaires en 2022 pour fournir une assistance et une protection à 14,3 millions de personnes au Soudan.

Depuis des années, le Soudan est confronté à de nombreux problèmes économiques. Le pays a été plongé dans une crise économique lorsque le sud, riche en pétrole, a fait sécession en 2011 après des décennies de guerre, emportant avec lui plus de la moitié des recettes publiques et 95 % des exportations.

Le Soudan était également un paria international après avoir été placé sur la liste des États soutenant le terrorisme établie par les États-Unis au début des années 1990. Cela a largement exclu le pays de l'économie mondiale et l'a empêché de recevoir des prêts d'institutions internationales comme le FMI.

L'ancien président Donald Trump a retiré le Soudan de la liste noire après que le gouvernement de transition a accepté de verser 335 millions de dollars de compensation pour les victimes d'attaques menées par le réseau Al-Qaida d'Oussama ben Laden alors que le chef terroriste vivait au Soudan. Ce retrait a également incité le Soudan à normaliser ses relations avec Israël.

Sabna Imam, chercheur en économie, soutient que le Soudan attendait 700 millions de dollars dans le budget 2022 sous forme de prêts et d'aides étrangères pour alléger le fardeau des mesures d'austérité, y compris l'introduction de la monnaie et la réduction des subventions pour le pain et le carburant.

Mais avec la suspension de cette aide, le gouvernement dirigé par les militaires a augmenté les taxes et autres frais de 145 %. "Cela ne fait qu'ajouter aux souffrances des gens", a-t-elle déclaré. (euronews)

Copyright © Jours d'Afrique 2020, tous droits réservés

Follow us:

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram