Contact
Qui sommes nous

Centrafrique : des dizaines des soldats FACA radiés de rang de l’armée

Par: Narcis'KOUASSI
Publié le : 8 mars 2022

Plusieurs dizaines des militaires des forces armées centrafricaines –FACA- sont depuis fin février 2022, radiés officiellement des effectifs de l’armée nationale. Motif évoqué : désertion en temps de paix et de crise, absence chronique, atteinte à la sûreté de l’État, abandon de poste à l’état-major de l’armée et confiscation illicite d’armes de service avec de chargeur. Peut-on parler d’une nouvelle crise au sein de l’armée ?

C’est depuis un mois que des rumeurs d’une imminente mutinerie circulent au sein de l’armée nationale. Certains entendent dénoncer le traitement infligé à certains éléments des forces armées centrafricaines par les mercenaires russes, d’autres parlent d’un imbroglio entourant le paiement des primes générales d’alimentation (PGA) des soldats qui fait remonter la tension au sein de l’armée nationale.

Tout à commencer, d’après une source autorisée au sein de l’état-major des armées, après les différents contrôles effectués par les mercenaires russes de la société Wagner dans le pays. D’après cette source, l’état-major avait demandé en son temps à chaque chef de corps d’informer leurs éléments d’être présents dans les jours et heures des contrôles physiques des effectifs que les mercenaires russes de Wagner-COSI vont faire. Et même pour les éléments qui sont sur les terrains et qui tiennent des barrières, des communiqués radio de l’état-major leur avaient été adressés. Mais malheureusement, plusieurs de ces éléments n’étaient pas présents les jours des contrôles, souvent dus au report en report.Tout comme ceux qui sont sur les terrains.

Ces opérations de contrôles russes ont fait naître des mécontents dans les rangs des militaires et gendarmes. En cause, des indemnités brutalement coupées suivies des menaces de radiation, et la tension montent de cran en cran. Certains se disent accusés à tort simplement parce qu’ils sont de même ethnie que l’ancien Président François Bozizé.

En fin de compte, depuis le mois passé, sur proposition et exigence de ces contrôleurs, mercenaires russes, plusieurs dizaines des militaires soldats sont radiés de l’armée nationale et depuis le 25 février 2022, des non-officiers les ont rejoints.

Selon l’arrêté de radiation signé du colonel de la douane et ministre de la défense Rameaux-Claude Bireau, ces non-officiers cassés et remis soldats de 2ème classe pour être, ensuite, rayés des contrôles de l’armée nationale et enfin renvoyés dans leurs familles respectives pour leurs prises en charge. Ils sont tous déchus des pensions et décorations.

Selon des observateurs, la nouvelle pratique instaurée au sein de l’armée qui vise à radier systématiquement tous les militaires de l’ethnie gbaya est sans doute une action visant à la déstabilisation du pays. En créant cette frustration en milieu des hommes en tenue, disent les observateurs, ce serait, pour Wagner, une manière de les pousser à l’insurrection et donc à une mutinerie. Ce qui déboucherait sur un embrasement sécuritaire dans un contexte où le pays reste encore dans le coma sécuritaire. (abangui.com)

Copyright © Jours d'Afrique 2020, tous droits réservés

Follow us:

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram