Contact
Qui sommes nous

CAN 2023 : les travaux des infrastructures hôtelières à la traine à Yamoussoukro et Bouaké

Par: Narcis'KOUASSI
Publié le : 11 février 2022

La délégation de la Confédération Africaine de Football (CAF) repart satisfaite de son séjour en terre ivoirienne après la visite des stades devant abriter les matches de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations de football prévu en 2023 en Côte d’Ivoire. Le Secrétaire de CAF, Mosengo-Omba Véron, chef de délégation, au sortir d’une audience avec le Premier ministre Patrick Achi, le 09 février 2022 à Abidjan, a dit être impressionné par le degré d’implication de la Côte d’Ivoire pour la réussite de la 34ᵉ édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui aura lieu du 23 juin au 23 juillet 2023.

« Au sortir de la CAN au Cameroun, et sur instructions du Président de la CAF, je suis venu à Abidjan pour voir le degré d’organisation de la CAN 2023 en Côte d’Ivoire. Ce que je puis dire, c’est que la Côte d’Ivoire sera une référence pour les prochaines éditions. Et la réussite de la Côte d’Ivoire sera celle de tout le continent. Avec les villages CAN et les stades que j’ai visités, les Ivoiriens ont mis la barre haut », a - t-il déclaré.

Ainsi, lors de son séjour, la délégation de la CAF a visité les stades de Korhogo, le 7 février, de San-Pédro, le 8 février et le stade Félix Houphoüet-Boigny d’Abidjan, le 9 février 2022.

Elle n’a pas fait de visite à Yamoussoukro et à Bouaké car, selon des sources proches du COCAN 2023 (le Comité d’organisation de la CAN), les infrastructures sportives sont très bien avancées.

Cependant, si ces deux dernières villes d’accueil de la CAN 2023 sur les 5 prévues présentent un visage reluisant au niveau des infrastructures sportives, ce n’est pas le cas, au niveau des autres aspects qui rentrent en ligne de compte dans l’organisation de cette compétition. C’est le cas notamment de l’hébergement et la restauration qui d’ailleurs est l’objet d’une Commission mise en place au sein du COCAN.

Yamoussoukro, les travaux de rénovation des grands hôtels n'ont pas encore démarré

A 16 mois de la grand’messe du football continental, le constat est net : la capitale politique a fait sa cure de jouvence avec la voirie. Toutes les principales rues de la ville qui mènent au stade en construction ont été réhabilitées.

Mais au niveau de l’hébergement, c’est la grande inconnue. Les principaux hôtels de l’Etat, les plus grands de la ville, en l’occurrence l’hôtel Président et l’hôtel des Parlementaires, qui attendaient leur rénovation pour accueillir les officiels et les pays hôtes à cette CAN continuent toujours de croupir dans leur même état.

Les travaux de rénovation de ces hôtels qui avaient été annoncés à grande pompe sont restés depuis lettre morte.

«La CAN est une occasion de vendre une meilleure image de la Côte d’Ivoire à travers la ville de Yamoussoukro. C’est pourquoi nous exhortons les autorités compétentes à redonner fière allure à notre cité», confie un acteur du secteur touristique ivoirien dans la capitale politique du pays . «L’hôtel Président qui est la vitrine de Yamoussoukro doit être entièrement et complètement rénové pour accueillir nos illustres hôtes lors de la prochaine CAN», estime une source au fait du dossier avant d’ajouter : «Yamoussoukro ne doit pas être la grande oubliée dans cette CAN. Si la ville a été choisie, il faut que les autorités mettent tous les moyens à disposition pour ne pas qu’on ait honte ; faute d’infrastructures adaptées pour cet événement de taille ».

A quelques 100 KM de Yamoussoukro, Bouaké doit, elle aussi, faire face au problème d’infrastructures hôtelières. Outre la rénovation du RAN hôtel annoncé par les autorités, il est prévu la construction d’un établissement 4 étoiles pour accueillir les personnalités qui viendront à la CAN 2023. A moins de 2 ans du démarrage de la compétition, est-ce toujours possible ? Même au niveau du COCAN, le doute commence à s’installer.

S’agissant des infrastructures hôtelières, les villes d’Abidjan et de Korhogo ont la palme des travaux réalisés. « On peut dire que les voyants sont au vert à Abidjan et à Korhogo», se réjouit une source proche du COCAN. « A Korhogo, ce résultat est le fruit de l’implication personnelle du ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, Amadou Coulibaly, fils de la région ainsi que plusieurs autres cadres. Il a suivi personnellement l’évolution des travaux à Korhogo . Cette mobilisation des cadres de la région a été insufflée par l'ex premier ministre feu Amadou Gon Coulibaly », précise-t-elle.

Quant à San-Pedro, des infrastructures existent notamment à travers les nombreux hôtels balnéaires qui ont seulement besoin de remise à niveau par rapport aux normes de la CAF.

Selon les observateurs, l’organisation de la CAN dans des conditions optimales en Côte d’Ivoire requiert que Yamoussoukro et les autres villes à la traine soit aux normes à tout point de vue : sportif, hôtelier, médical…Tous les travaux mis en berne pour des raisons quelconques doivent être remis en route. 

Ainsi, la mise à niveau des hôtels surtout dans la capitale politique doit être une priorité pour le COCAN ainsi que les autorités ivoiriennes. (abidjan.net)

Copyright © Jours d'Afrique 2020, tous droits réservés

Follow us:

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram