Contact
Qui sommes nous

Après la levée des sanctions, le soulagement des Maliens

Par: Narcis'KOUASSI
Publié le : 5 juillet 2022

Les populations ont subi de plein fouet les effets des mesures prises par l’institution sous-régionale début janvier pour contraindre les militaires au pouvoir à un retour à l’ordre constitutionnel dans les meilleurs délais.

La fermeture des frontières avait constitué une vive préoccupation pour les citoyens qui vivent essentiellement des échanges commerciaux avec les pays voisins.

Pour Fanta, femme au foyer, la levée de l’embargo ce dimanche (03.07) est une excellente nouvelle. Mais elle émet toutefois un petit doute :

"Je suis satisfaite et on espère que le prix des marchandises va beaucoup chuter. Je suis peut-être inquiète un peu parce que la cherté ce n’est pas qu’au Mali. Les pays limitrophes sont également en crise compte tenu de la guerre en Ukraine. La crise actuelle joue sur le Mali et tous les pays qui l’entourent."

Appel à une baisse des prix

Souleymane estime pour sa part qu’il n’y a pas que les populations maliennes qui doivent se réjouir de la fin des sanctions économiques et financières de la Cédéao :

"La Cédéao a violé ses lois en imposant cet embargo. Nous condamnons encore une fois les sanctions économiques et financières injustement infligées au Mali en violation de ses propres textes. Nous nous en réjouissons pour toutes les populations de tous les pays membres de la Cédéao."

Coumba estime de son côté qu’après six mois sous sanctions, leur levée était devenue inévitable :

"Je pense qu’il était temps que cet embargo soit enfin levé. Parce qu’à mon avis, le Mali n’a rien fait de mal. Tout ce qu’on veut, c’est un Mali prospère. Un Mali ou toutes les préoccupations des Maliennes et des Maliens sont prises en compte. J’espère que les choses vont aller dans le bon sens. Je pense sincèrement que si l’embargo est levé, les prix doivent être réduits."

Relancer le commerce tranfrontalier

Zana salue également la levée de l’embargo de la Cédéao et se réjouit tout particulièrement de l’ouverture des frontières :

"Moi j’achetais le poisson du Sénégal, l’alloco, l’igname et l’avocat de la Côte d’Ivoire. Maintenant que l’embargo a été levé, tous ces produits pourront rentrer. En tout cas, c’est une très belle chose."

La levée de l’embargo sur le Mali s’effectue pendant que les fidèles musulmans préparent activement la fête de Tabaski prévue samedi prochain (09.07). Et c’est une bonne nouvelle, selon nos différents interlocuteurs. (euronews)

Copyright © Jours d'Afrique 2020, tous droits réservés

Follow us:

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram