Contact
Qui sommes nous

Face aux diplomates : le Premier ministre Choguel Maïga invite la Communauté internationale à avoir une lecture objective et lucide de la situation au Mali

Par: Narcis'KOUASSI
Publié le : 8 février 2022

Ci-dessous le discours magistral du Premier ministre Choguel Kokalla MAÏGA face au Corps diplomatique accréddité au Mali, qu'il a rencontré, ce lundi 7 février 2022.

Discours du Docteur Choguel Kokalla MAÏGA à l’occasion de sa deuxième réunion d’échanges avec le Corps diplomatique

Monsieur le Ministre des maliens Etablis à l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, assurant l’intérim du Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale ;
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;
Monsieur le Doyen du Corps Diplomatique par intérim ;
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de Mission diplomatique et Poste Consulaire ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales ;
Je vous voudrais, tout d’abord, vous remercier d’avoir répondu à notre invitation malgré vos multiples occupations, et vous souhaiter la plus chaleureuse des bienvenues ici à la Primature pour une séance d’échanges sur les orientations et choix du Gouvernement du Mali.

Avant tout propos je voudrais commencer par saluer et encourager les FAMAs, nos forces de défense et de sécurité, pour leur bravoure et pour leur engagement au combat sur le terrain. Je voudrais leur dire que les victoires militaires éclatantes, les victoires tactiques et les victoires opérationnelles engrangées ces dernières semaines et ces derniers jours remplissent légitimement les Maliens et les Maliennes de fierté et d’espoir.
Je salue l’engagement aux côtés des FAMAs de leurs frères d’armes des forces internationales.

Je voudrais, enfin, vous inviter, Mesdames et Messieurs, à prier avec moi à la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires, maliennes et étrangères tombées en terre africaine du Mali. Leur sacrifice ne sera jamais vain.
Notre rencontre de cet après-midi s’inscrit dans la forte tradition de dialogue et de concertation qui caractérise les relations que le Mali entretient avec chacun des pays et organisations que vous représentez ici.
Au-delà des échanges bilatéraux directs que nous avons au quotidien, le Gouvernement se fait le devoir de vous rencontrer, chaque fois que de besoin, sous forme de réunion d’information ou d’échanges, autour de sujets d’intérêt commun, dont l’objectif ultime est de renforcer la compréhension mutuelle.
L’action diplomatique du Mali repose, comme vous le savez, sur la coopération, la solidarité, l’entraide, la compréhension mutuelle, le bon voisinage. Ces principes se nourrissent à la source vivifiante du dialogue fécond et constant que nous entretenons avec tous les pays amis et organisations partenaires.
J’insiste bien volontiers sur les vertus du dialogue et de la concertation que nous souhaitons toujours plus fluides, dynamiques et constructifs tant avec les partenaires bilatéraux que les organisations sous régionales, continentales et internationales.
C’est dans cet esprit que depuis la mise en place du Gouvernement le 11 juin 2021, nous avons reçu ici plusieurs délégations de la CEDEAO, la visite du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine, plusieurs missions de structures relevant des Nations Unies et, tout récemment, la visite du Président de la Commission de l’Union Africaine.
C’est également dans cet esprit que nous dialoguons localement et régulièrement avec le Comité local de suivi de la Transition, et que je vous ai rencontré, vous membres du Corps diplomatique, le jeudi 09 septembre 2021, après l’adoption par le Conseil National de Transition (CNT) du Plan d’Action Gouvernemental 2021-2022 (PAG), afin d’échanger avec vous sur les priorités contenues dans ledit Plan.
Autant l’adoption du Plan d’Action du Gouvernement a marqué une étape décisive dans le déroulement de la Transition, depuis la rectification de sa trajectoire le 24 mai 2021, autant la tenue des Assises Nationales de la Refondation de l’Etat (ANRs), du 27 au 30 décembre 2021, consacre une nouvelle phase dans la vie de notre nation et dans la marche de la Transition.
Il se trouve également que notre réunion de ce jour se tient dans le contexte diplomatique et politique sous régional que vous connaissez tous, un contexte marqué par les sanctions illégales, illégitimes et inhumaines de la CEDEAO à l’encontre de notre pays, le Mali, victime d’ une triple crise sécuritaire, politique et institutionnelle, et sanitaire liée à la COVID-19

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des organisations internationales ;
Je considère l’état actuel de nos relations avec la CEDEAO, dont le Mali est membre fondateur, comme la résultante d’une brouille passagère, comme cela peut arriver entre les membres d’une même famille, sans que cela altère irrémédiablement le substrat des liens qui les unissent.
Ce qui nous unit à la CEDEAO est, en effet, bien plus fort que la conjoncture politique et transcende les vicissitudes du moment. Car la vocation du Mali est l’Afrique, son unité, son intégration politique et économique.

L’engagement panafricain est une constance qui habite notre pays depuis son indépendance. Il est gravé dans le marbre, au travers de toutes les Constitutions dont le Mali s’est doté, depuis le 22 septembre 1960, date officielle de la proclamation de la République du Mali en tant qu’Etat indépendant et souverain.
Toutefois, ce qui nous oppose à la CEDEAO en ce moment est la différence de grille de lecture sur la Transition politique en cours au Mali, notamment sur ses spécificités, sur ses défis et ses enjeux qui la différencient de beaucoup de processus politiques similaires en cours en Afrique.
Ce qui nous oppose à la CEDEAO, c’est le prisme simpliste d’analyse qui ne tient pas compte, de notre point de vue, ni de l’aspiration profonde du peuple malien au changement et à la stabilité, ni de la complexité de la crise multidimensionnelle qui affecte le Mali depuis plus d’une décennie.
Ce qui nous oppose à la CEDEAO, c’est cette volonté acharnée, sous le couvert de la préservation de l’ordre constitutionnel, de certains Chefs d’Etat de vouloir vassaliser le Peuple malien pour le compte de l’agenda cachée de puissances extra-africaines, profitant du fait qu’aujourd’hui l’Etat malien est affaibli, ébranlé dans ses fondements et se trouve à terre, pour des raisons sur lesquelles il n’est nullement besoin de s’attarder, car suffisamment connues de tous les observateurs avisés.
Nous ne nous lasserons jamais de le répéter, la Transition malienne n’est pas le fruit d’une prise de pouvoir classique de la part de militaires ayant fait irruption par effraction sur la scène politique par attrait du pouvoir. Non ! Et Non !
La Transition malienne est le couronnement du soulèvement populaire qui a mobilisé le Peuple dans la rue, des mois durant, pour exiger la fin de la dérive et l’abîme dans lesquelles la mauvaise gouvernance, la corruption, l’impunité et l’impasse sécuritaire ont fini par plonger notre pays, menacé de dislocation sinon de disparition en tant que Nation, en tant qu’Etat indépendant et souverain.
Pour ce faire, le peuple malien a usé de son droit constitutionnel à la désobéissance civile prévue par l’article 121 de la Constitution. Il a protesté dans la rue à travers des rassemblements grandioses dans toutes les villes du Mali et au sein de la diaspora, des manifestations organisées par les forces du changement réunies au sein du M5-RFP.
Pendant le soulèvement populaire, qui a duré des mois, des manifestants aux mains nues ont été tués de Kayes à Bamako, y compris dans des lieux de cultes, en passant par Sikasso, à travers un usage disproportionné et frauduleux de la force publique, notamment l’utilisation d’unités de la Force Spéciale Antiterroriste qui n’ont pas vocation à faire le maintien d’ordre.
Les jeunes officiers patriotes qui, au risque de leur vie, ont mis à fin à la dérive et à l’imminence d’une situation de guerre civile ont, dès le lendemain du changement de régime le 18 août 2020, dit haut et fort, avoir parachevé la lutte héroïque du Peuple. Ils ont su fédérer autour d’eux l’ensemble des Forces de Défense et de Sécurité, ainsi que les Forces vives autour d’un objectif : Sauver le Mali du chaos.
Pour montrer leur bonne foi, fait inédit, ils ont maintenu en l’Etat la Constitution en vigueur. Qui a été plus tard complétée par la Charte de la Transition issue des concertations des Forces vives de la Nation tenue en septembre 2020.
Dans ces conditions et nous ne cesserons jamais de le dire, on ne peut pas ramener raisonnablement la Transition, sauf à être dans une approche réductrice, parcellaire ou binaire, à la tenue seulement et uniquement d’élections ; en occultant le fait que depuis 1992, notre pays a régulièrement organisé divers scrutins, qui ne l’ont pourtant pas épargné les ruptures à répétition de l’ordre constitutionnel.
C'est surtout, en occultant le fait que la grave crise politique, sociale et sécuritaire qui a conduit à la démission de l’ancien Président de la République en 2020 (paix à son âme ! ) était née justement d’une crise électorale, celle des législatives de mars et avril 2020, illustration magistrale des limites et des déficiences qui caractérisent la gouvernance électorale dans notre pays.
Souvenez-vous que l’élection présidentielle de 2018 a débouché, elle aussi, sur une longue crise post-électorale qui n’est pas sans rappeler les contestations de l’élection présidentielle de 1997 et le rejet, par la rue, de la tentative de réforme constitutionnelle de 2017.
Ces différents épisodes électoraux démontrent à suffisance le besoin de mener des réformes politiques et institutionnelles substantielles pour rendre, à l’avenir, les processus électoraux les moins contestables possibles au Mali, et pour renforcer la stabilité et la légitimité des institutions constitutionnelles.

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et
Représentants des organisations internationales ;
La question des reformes politiques est une question fondamentale et un enjeu de stabilité et de survie pour le Mali.
De la même manière, la lutte contre la corruption et l’impunité, ainsi que le retour d’un minimum de sécurité sont des nécessités vitales pour le Mali. Ces priorités sont au cœur de la vision de refondation de l’Etat et de l’amorce du Mali Nouveau, le Mali Kura, vision résolument portée par le Président de la Transition, Chef de l’Etat, Son Excellence Assimi GOÏTA.
Le Gouvernement, fidèle à cette vision du Chef de l’Etat, a soumis à la CEDEAO, à sa demande, le 31 décembre 2021, c’est-à-dire dès la fin des Assises Nationales de la Refondation de l’Etat, un chronogramme qui reflète l’aspiration de notre peuple au changement, et sa volonté de faire de la Transition en cours une transition de rupture et de refondation. Et non juste une Transition électorale voire électoraliste.
Au passage, je rends hommage au peuple malien qui s’est pleinement approprié les Assises Nationales de la Refondation de l’Etat. Nos compatriotes en ont fait un grand moment de sursaut national, d’échange, de rassemblement et d’espérance nouvelle au regard de leur caractère holistique, inclusive et de leurs recommandations, centrées sur la prospective, le renouveau de l’Etat et de sa gouvernance globale.
En recevant le projet de chronogramme qu’elle n’a eu de cesse de réclamer avec insistance, la CEDEAO, sans mener aucune consultation avec le Mali, a préféré lui imposer des sanctions punitives. Je le répète, les sanctions prises à l’encontre de notre pays sont illégales et illégitimes parce qu’elles ne sont prévues par aucun texte pertinent de l’organisation. En Droit, une telle attitude de déni de légalité n’est ni plus ni moins que le fait du Prince.
Notre conception relations internationales se fonde sur la coopération entre les Etats. Aujourd’hui, le Mali fait face à l’hostilité d’un partenaire qui donne la primauté à ses relais personnels et à ses amitiés avec des individus au détriment des relations d’Etat à Etat. Un partenaire qui refuse de coopérer avec notre pays au motif inavoué que les dirigeants actuels à la tête de l’Etat ne lui conviennent pas.
On entend tout et son contraire sur les raison du départ de l’ambassadeur de France dont la présence au Mali, longtemps tolérée par notre Gouvernement, a été discréditée par ses les déclarations et agissements impertinents de ses propres autorités nationales.
Des autorités qui n’ont pas hésité un seul instant à demander au Gouvernement malien en février 2020, de rappeler illico presto son Ambassadeur accrédité en France sur la base de simples déclarations que notre représentant a eu à tenir au Sénat, à l’invitation des Sénateurs français sur le comportement peu orthodoxe de certains légionnaires français au Mali, j’allais dire mercenaires.

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et
Représentants des organisations internationales ;
Le Mali comprend aisément les points de préoccupation que certains de ses partenaires peuvent avoir, en raison de leur histoire propre ou des principes de leur politique étrangère. Notre Gouvernement aussi comprend le principe automatique de solidarité qui guide les membres d’une même communauté régionale.
Le Mali demeure en même temps confiant que rien ni personne ne vous induira en erreur pour altérer votre jugement ou pour instrumentaliser des organisations tout à fait respectables ou des ONG dans un but qui ne reflète pas la noblesse et la pertinence de leurs mandats.
Le Mali réitère ici, par ma voix, sa disponibilité à poursuivre et à renforcer sa coopération bilatérale, privilégiant les canaux directs, avec tous ses partenaires, sur la base des principes d’égalité, de respect mutuel et de réciprocité dans les relations internationales.
Autant l’Afrique est notre famille naturelle, à nous Maliens, autant l’Europe demeure le continent le plus proche de nous au plan géographique, et avec lequel nous avons développé, qu’il s’agisse de l’Union Européenne ou de ses Etats membres, une coopération forte et confiance depuis plusieurs décennies, une coopération exemplaire que les brouilles passagères avec un Etat membre ne sauraient et ne devraient altérer.
Autant nous revendiquons notre proximité historique avec l’Algérie, la Russie, la Chine, le Maroc ou la Turquie, autant nous nous honorons de notre amitié avec les Etats-Unis d’Amérique, avec le Canada, l’Allemagne, le Brésil, Cuba ou le Venezuela.
Le Mali, pays carrefour, berceau de civilisations millénaires est une terre d’accueil et d’hospitalité, à la confluence des valeurs universelles ; une terre de savoir et de mémoire qui commerçait avec le reste du monde et qui a établi, dès le moyen âge, des relations commerciales et diplomatiques avec des nations du Maghreb, du Sud de l’Europe et d’Orient.
Ce pays, le Mali, connait les usages diplomatiques. C’est au nom de ces usages que nous avons demandé récemment à tous les pays désireux de se joindre à la Task Force européenne TAKUBA, de veiller désormais au respect des procédures juridiques qui encadrent le déploiement de leurs contingents, sans préjudice des relations privilégiés que le Mali entretient avec chacun des pays qui y participent.
Outre l’invitation écrite du Président de la République, la procédure requiert l’agrément dûment délivré par le Gouvernement du Mali. La procédure ainsi décrite s’applique uniquement aux unités en attente de déploiement.
C’est le lieu de rassurer le Gouvernement du Royaume du Danemark, pays avec lequel nous entretenons d’excellentes relations d’amitié et de coopération, de notre volonté de cheminer ensemble et de notre engagement à faire face aux défis du développement, de la paix et pour la promotion des valeurs de liberté et des droits de l’homme.
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des organisations internationales ;
Je voudrais à présent conclure en remerciant tous les partenaires, bilatéraux et multilatéraux qui accompagnent le Mali dans ses efforts de stabilisation, de redressement et de développement.

A travers vous, je donne l’assurance à vos Gouvernements et à vos organisations respectifs de la reconnaissance de notre peuple pour votre présence à nos côtés et de l’engagement indéfectible du Président de la Transition et du Gouvernement à maintenir et à renforcer les liens d’amitié et de coopération qui nous unissent, dans un esprit de bon voisinage, de solidarité agissante, de recherche de bénéfice et de respect mutuels.
Le Mali tient au respect de ses engagements internationaux.

Enfin, j’exhorte la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Union Européenne et les Nations Unies et les organisations financières internationales à continuer à avoir une lecture objective et lucide de la situation complexe du Mali, afin de trouver les modalités de soutien et de d’accompagnement pour une Transition réussie, qui
tiennent compte des besoins du Mali et de leurs exigences propres.
Je vous remercie de votre aimable attention.

Source: aBamako.com

Copyright © Jours d'Afrique 2020, tous droits réservés

Follow us:

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram