Contact
Qui sommes nous

Discours de son excellence le professeur Faustin archange Touadera, président de la république, chef de l’état

Par: Narcis'KOUASSI
Publié le : 9 janvier 2022

Bangui, le 7 janvier 2022
- Monsieur l’Ambassadeur, Haut Représentant de la République Française, Doyen du Corps Diplomatique;
- Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques et consulaires ;
- Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales ;
- Mesdames et Messieurs ;
L’année 2022 qui s’ouvre est, comme toute année nouvelle, pleine d’espérance, mais aussi pleine de défis actuels et ceux qui se pointent à l’horizon.
Elle est une année d’espérance pour le monde, mais aussi pour le peuple centrafricain qui a prouvé en 2021 son adhésion aux valeurs démocratiques, à l’Etat de droit et aux idéaux de paix, de l’unité nationale et du vivre ensemble.
Cette volonté forte du peuple centrafricain de tourner résolument le dos à son passé peu glorieux, doit être soutenue et consolidée, tant par le Gouvernement que par la communauté internationale.
Vos soutiens nous permettront également de consolider les acquis, de poursuivre les réformes engagées afin de mobiliser davantage des ressources domestiques et d’appuis financiers auprès de nos partenaires techniques et financiers pour créer de l’emploi pour la jeunesse, construire les infrastructures socioéconomiques de base et offrir à chaque citoyen les conditions propices à son progrès social.
Le soutien exprimé ici, en votre nom, par le Doyen du Corps diplomatique, nous encourage à maintenir le dialogue comme seule voie pour mettre fin à toutes les contradictions internes et renforcer la concorde nationale autour des valeurs qui fondent notre Nation.
C’est donc avec un grand plaisir que je vous accueille aujourd’hui, en ce haut lieu de la République, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie d’échanges des vœux du nouvel An.
Je voudrais saluer votre présence si nombreuse en dépit de la pandémie du COVID-19, ce fléau inédit qui continue d’impacter négativement nos modes de vie.
Par cette présence remarquable, vous nous témoignez vos engagements personnels et ceux de vos Etats et organisations à raffermir les relations séculaires d’amitié et de coopération qui existent si heureusement entre ceux-ci et la République Centrafricaine.
- Excellences ;
- Mesdames et Messieurs ;
J’ai suivi avec un intérêt particulier les vœux aimables que vient de m’adresser, en votre nom, l’Ambassadeur Jean-Marc GROSGURIN, Haut Représentant de la République Française en République Centrafricaine, Doyen du Corps diplomatique.
Je viens à mon tour, en réponse à vos vœux, au nom du peuple, du Gouvernement et de ma famille, vous adresser ainsi qu’à l’endroit de vos familles respectives, mes vœux chaleureux de santé, de prospérité, de paix et de réussite.
Je vous charge également de transmettre mes vœux les meilleurs aux Souverains, Chefs d’Etat et Dirigeants des Organisations Internationales que vous représentez honorablement en République Centrafricaine.
J’ai suivi avec une attention particulière les réels défis et opportunités de la République Centrafricaine que vous rappelez et qui requièrent une solidarité internationale effective, pour sortir ce pays, membre des Nations-Unies, de l’insécurité, de la pauvreté et du sous-développement.
C’est pourquoi, je saisis l’agréable occasion que m’offre cette cérémonie pour vous réitérer notre profonde gratitude pour les actions que vous menez, chacun en ce qui le concerne, avec ses moyens et ses convictions, en faveur de la consolidation de la paix, de la démocratie et de l’Etat de droit en République Centrafricaine.
- Mesdames et Messieurs;
La cérémonie de présentation de vœux est aussi l’occasion de passer en revue la situation internationale et même le bilan de la coopération multilatérale ou bilatérale.
Point n’est besoin de rappeler que nous sortons d’une année particulièrement difficile au cours de laquelle le monde entier a continué à faire face aux principaux défis de l’humanité que sont la pandémie du Covid-19, le terrorisme et les changements climatiques.
En effet, depuis la survenance de la pandémie du Covid-19, l’économie mondiale a été impactée négativement, rendant ainsi également difficile la mise en œuvre des programmes et projets de développement dans nos pays respectifs.
Ainsi que je l’avais rappelé à la tribune des Nations-Unies, pour faire aux chocs du Covid-19, la communauté internationale doit renforcer la résilience des populations, investir davantage dans le dispositif de veille sanitaire, et poursuivre sans relâche la sensibilisation collective.
Bien plus, il apparaît urgent de tout mettre en œuvre pour atteindre l’immunité collective tout en intensifiant la recherche de médicaments préventifs et curatifs, aussi sûrs qu’efficaces.
L’accès universel aux vaccins pour les pays les moins avancés, devrait relever d’une urgence de sécurité internationale, au nom des principes fondamentaux de solidarité humaine.
Je saisis cette occasion pour renouveler ma gratitude à la Facilité COVAX, et saluer l’excellent élan de solidarité manifesté à l’égard de mon pays par les Etats-Unis d’Amérique et la République Populaire de Chine, par des dons en vaccins et kits sanitaires qui ont permis de contrer la propagation du COVID-19.
En ce qui concerne le terrorisme, notre région a été le théâtre des attentats terroristes qui ont frappé aveuglement certains pays frères comme le Tchad où ils ont occasionné le décès tragique d’un Digne Fils de l’Afrique, feu Maréchal du Tchad, IDRISS DEBY ITNO.
Ce crime odieux que nous avons condamné avec la dernière énergie, a provoqué la réprobation et l’indignation de l’ensemble de la communauté internationale.
Outre la région du Lac Tchad, malheureusement devenue le bastion du terrorisme, la région du Sahel a été particulièrement visée par des attentats terroristes.
Certains pays de cette région avec qui nous entretenons de solides liens de fraternité et de coopération comme le Burkina- Faso, le Niger, le Mali, le Nigeria, ont été les cibles des attaques terroristes très meurtrières, courant 2021.
Toutes ces situations suscitent en nous une grande inquiétude sur l’avenir de notre continent et celui de la paix mondiale.
En ce qui concerne la République Centrafricaine, les menaces de déstabilisation demeurent réelles à l’exemple de celle que vous avez vécue avec nous, le 13 janvier 2021.
Devant ces défis immenses, le désengagement de certains partenaires traditionnels de la République Centrafricaine, l’expose au risque de l’instabilité que pourrait entraîner tout engrenage dans un cercle vicieux, avec des répercussions indéniables sur la sécurité des Etats de la sous-région.
Je saisis cette occasion pour appeler, à nouveau, à la responsabilité des garants et facilitateurs pour l’exécution de bonne foi des engagements pris par les groupes armés dans l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation du 6 février 2019, qui demeure pour nous le cadre idéal pour un retour définitif de la paix et de la sécurité en République Centrafricaine.
Je voudrais aussi solliciter l’appui vos pays et organisations à la mise en œuvre effective de la Feuille de route conjointe de Luanda ainsi que de l’organisation du Dialogue républicain.
Aux crises politiques, sécuritaires et sociales récurrentes, s’ajoutent de plus en plus, les défis naturels tels le changement climatique avec son corolaire la crise alimentaire, la croissance démographique et l’urbanisation galopante.
L’année 2021 a aussi enregistré des catastrophes naturelles liées aux changements climatiques, notamment de graves inondations ayant entraîné de centaines de morts dans certains pays dont la République Démocratique du Congo, l’un de nos pays frères.
Je salue les engagements pris par les Etats du monde, à l’occasion de la COP 26, de réduire de moitié leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, en vue de maintenir la hausse de la température à 1, 5° Celsius.
Mesdames et Messieurs ;
En dépit des défis que je viens de rappeler, le Gouvernement, grâce à vos appuis multiformes, n’a ménagé aucun effort pour créer les conditions d’une paix durable et ramener la confiance entre les fils du pays, la stabilité sur toute l’étendue du territoire national et la relance économique.
C’est d’ailleurs grâce aux appuis multiformes de la famille diplomatique et de la Communauté Internationale que la République Centrafricaine a pu résister aux multiples tentatives de déstabilisation perpétrées par la Coalition des Patriotes pour le Changement, CPC.
C’est ici l’occasion de réitérer toute ma gratitude à l’ensemble de la communauté internationale, particulièrement à la MINUSCA, l’Union Européenne, l’Union Africaine, la CEEAC et la CIRGL, ainsi que les pays amis et frères pour le soutien que vous ne cessez d’apporter et qui a été décisif dans la consolidation de la paix et la préservation des acquis démocratiques.
Excellences ;
Mesdames et Messieurs ;
Vous en êtes témoins ! Le Peuple centrafricain est lassé par les trop nombreuses crises violentes et n’aspire désormais qu’à la Paix, la Sécurité, la Justice, au respect des Droits humains, au vivre ensemble et au développement.
C’est pourquoi, j’exprime notre satisfaction à la solidarité manifestée par les partenaires bilatéraux et multilatéraux par des appuis logistiques apportés à nos forces de défense et de sécurité ainsi que leur formation dans leurs différentes académies militaires.
Au regard de l’évolution de la situation socio-économique et sécuritaire qui prévaut actuellement dans le pays, je réitère à nouveau l’appel du Peuple centrafricain pour une levée totale de l’embargo sur les armes à destination des FACA afin qu’elles soient véritablement opérationnelles aux côtés de leurs frères d’armes de la communauté internationale pour restaurer la sécurité sur l’ensemble du territoire national et apporter la quiétude tant attendue.
La tâche reste immense, c’est pourquoi le Gouvernement poursuivra la nouvelle orientation de la diplomatie que nous voulons inclusive, respectueuse de la souveraineté de chaque Etat et reflétant notre choix de coopérer avec tous les Etats, dans le cadre défini par le corpus juridique international pertinent.
Je viens une fois de plus réaffirmer le caractère pacifique de mon action politique car, je demeure convaincu que la guerre s’accompagne toujours et partout de destructions, de souffrances indicibles, infligées aux peuples dont nous avons la conduite.
Je fonde l’espoir que cette nouvelle année 2022 permette les adaptations nécessaires, redonne une nouvelle dynamique et un raffermissement des liens d’amitié et de coopération entre la République Centrafricaine et vos pays ou organisations respectifs.
Je voudrais enfin vous inviter Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chefs des postes consulaires et Représentants des Organisations Internationales, d’être les habituels fidèles interprètes et témoins des efforts de la construction de la démocratie à laquelle s’attelle le Gouvernement centrafricain.
Que l’An nouveau vous apporte son lot de joies, de surprises agréables et vous offre les plus beaux cadeaux de l’existence: la bonne santé, l’espérance, la paix familiale, des relations fidèles en amour et en amitié!
Vive la coopération internationale !
Je vous remercie. (abangui.com)

Copyright © Jours d'Afrique 2020, tous droits réservés

Follow us:

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram