Contact
Qui sommes nous

Wagner au Mali : La communauté internationale "condamne mais ne parle plus de retrait"

Par: Narcis'KOUASSI
Publié le : 30 décembre 2021

Et si les Français acceptaient de cohabiter avec les Russes au Mali ? L’hypothèse n’est pas exclue, affirme le général Bruno Clément-Bollée. Cet officier français à la retraite a commandé l’opération Licorne en Côte d’Ivoire et la Coopération de sécurité et de défense au Quai d’Orsay. Aujourd’hui, il est consultant international en matière de sécurité en Afrique. Et il réagit au communiqué des quinze pays occidentaux qui, le 23 décembre 2021, ont dénoncé l’arrivée de mercenaires russes au Mali sans annoncer pour autant un
retrait de ce pays. Il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

RFI : La France affirme que le groupe Wagner a entamé le déploiement de mercenaires russes à Bamako. Le Mali dément formellement, alors qui a raison ?

Général Bruno Clément-Bollée : Qui a raison, qui a tort, je ne sais pas. On avait noté quand même des signes sur le terrain. Je crois que la seule certitude aujourd’hui, c’est que des Russes vont arriver. Qui sont-ils ? Des coopérants militaires à l’image un petit peu des nôtres, de ceux que nous avons un petit peu partout en Afrique. Ou est-ce que ce sont des mercenaires de Wagner ? Je crois qu’à ce stade, je ne sais pas qui peut affirmer la vérité.

Certains auraient reconnu des cadres de Wagner présents à Bamako, je ne sais pas ce qu’il en est.

En Centrafrique, suite au départ des Français de Sangaris il y a cinq ans, les Russes de Wagner sont arrivés. Et ce sont eux, qui, il y a un an, ont sauvé le régime du président élu Faustin Archange Touadéra contre les rebelles de François Bozizé. Ne jouent-ils pas quelquefois un rôle positif ?

Alors, on pourrait parler de la situation politique et sécuritaire en Centrafrique. Si vous estimez que la situation y est stable, alors effectivement, tout est permis pour le Mali. Je crois qu’on en est très très loin. Je note surtout qu’en Centrafrique, il y a une mission européenne à l’image de Takuba au Mali, qui vise à former des contingents centrafricains. Et, depuis que ces contingents ont été utilisés par Wagner, l’EUTM a arrêté sa formation. Aujourd’hui, finalement, la Centrafrique est un peu livrée à elle-même, et livrée à Wagner et un peu isolée au plan international.

J’ai peur que ce soit un petit peu la même chose qui arrive au Mali. Le Mali souverain cherche à élargir son partenariat de sécurité et de défense, mais j’ai peur que ce soit un calcul à très très court terme. Au lieu de l’élargir, cela va plutôt le réduire.

Si les Français de Sangaris n’étaient pas partis de Centrafrique il y a cinq ans, les Russes de Wagner seraient-ils arrivés ?

Je ne sais pas répondre à cette question. Je note tout comme vous que c’est le retrait de Sangaris, qui finalement semble avoir permis l’arrivée des Russes. On n’est pas du tout dans le même schéma au Mali, puisque nous sommes encore très présents, nous, la France, au sein d’une coalition internationale importante, si on y ajoute la Minusma, les dix pays européens de Takuba, la force G5, ce qui n’existe pas en Centrafrique. La comparaison trouve très vite ses limites entre la Centrafrique et le Mali.

Les Russes arrivent au Sahel au moment où les Français y sont de plus en plus contestés, comme le montrent les dernières manifestations au Burkina et au Niger, au passage du dernier convoi de ravitaillement de Barkhane. Cela sonne-t-il le glas d’une présence militaire française au Sahel ?

Je ne crois pas que ça sonne le glas d’une présence militaire française. Je crois que ça nous montre la sagesse de la décision qui est de ne plus se mettre en première ligne, mais d’être moins visible, d’agir dans une configuration internationale. D’autant qu’il faut aussi admettre que derrière ces contestations, cette image dégradée, il y a quand même de sournoises manœuvres, dont on sait qui a les manettes, qui visent à dégrader l’image.

Pensez-vous les mercenaires et paramilitaires de Wagner capables de repousser la menace jihadiste au Nord Mali ?

C’est, je crois, la question qu’il faut vraiment se poser. Ce n’est pas avec 1000 mercenaires qui vont être isolés … Quand la force Barkhane était avec ses 5000 soldats, elle agissait au sein d’une coalition internationale beaucoup plus importante, avec entre 35 et 40 000 hommes. Là, on parle de 1000 soldats russes ou 1000 mercenaires qui vont être isolés, qui vont travailler avec les forces armées maliennes, j’imagine. Mais tout ce beau monde sera livré à lui-même. En termes d’efficacité, ce sera extrêmement difficile pour eux de tenir le terrain, ce sera quasiment même impossible.

Ensuite, en Centrafrique, la société Wagner a montré à quel type de règles d’engagement elle obéissait ; et cette force s’est quand même illustrée par des exactions qui ont été pointées. On parle de plus de 200 exactions dans l’année. Ça fait quand même beaucoup. N’y-a-t-il pas des risques d’exactions aussi au Mali, certainement. Il y a des risques de tensions exacerbées. On peut se demander quelles vont être les réactions des communautés du nord en cas d’exactions, quelles vont-être les réactions de la population. Tout cela ne va pas concourir à redorer le blason de l’image des forces armées maliennes, si en plus elles s’affichent avec une force de mercenaires qui se comporte de la sorte.

La junte au pouvoir à Bamako fait-elle appel à Wagner pour lutter contre les jihadistes ou pour se protéger elle-même ?

On voit bien que la junte cherche à s’affranchir des règles que veut lui imposer la communauté internationale. Elle cherche à se maintenir, et finalement, c’est plus facile avec un partenaire qui ne vous demande pas de comptes politiques, face à une communauté internationale beaucoup plus exigeante sur ce plan. Mais on peut rajouter, derrière tout cela, que ce ne sera pas cadeau. Il y a quand même un prix à payer. On parlait de 10 millions de dollars par mois et la présence de géologues russes, à la recherche de gisements aurifères, et là aussi, ça nous ramène à la Centrafrique pour pouvoir régler l’addition.

Si c’est pareil au Mali, je ne pense pas que le Mali, vu l’état économique du pays, ait besoin de telles choses.

Il y a un mois, les autorités françaises disaient que la présence de Wagner au Mali serait « incompatible » avec le maintien des Français au Mali. Mais aujourd’hui, concrètement, si Wagner débarque à Bamako, les Français vont-ils fermer leur base de Gao ?

Je note que dans cette déclaration officielle de ces 15 pays, dont la France, on condamne, mais sans menacer de retrait. On n’en parle plus.

On a l’impression qu’il y a une inflexion en effet dans le discours des Français ?

En tout cas, on ne parle plus de retrait. Je crois que l’engagement français est toujours d’actualité, plus que jamais. Il cherche à s’adapter : on constate une présence moins visible, qui agit dans une configuration beaucoup plus internationale, donc moins en première ligne, en mettant plutôt en avant les contingents africains locaux. On sait bien aujourd’hui que la situation au Sahel ne pourra être réglée in fine que par les Sahéliens. Il faut une réponse sahélienne à une situation sahélienne, bien évidemment accompagnée par les alliés traditionnels. Donc, je crois que la présence française perdurera au Sahel, il n’y aura certainement pas de retrait.

Finalement, les Français et les Russes ne vont-ils pas cohabiter au Mali ? N’est-ce pas l’espoir secret de la junte au pouvoir à Bamako ?

C’est peut-être une possibilité. Si ce sont des coopérants militaires russes, après tout, le Mali est souverain, il a tout à fait le droit de faire appel aux partenaires qu’il souhaite. Dans ce cas-là, pourquoi n’imaginerait-on pas une cohabitation entre les militaires formateurs russes qui formeraient les contingents maliens, au même titre que la force Takuba continuerait son effort de formation vis-à-vis des contingents maliens et autres sahéliens ?

Une cohabitation entre soldats français de Barkhane et mercenaires russes de Wagner est-elle possible ?

Là, certainement pas. Je crois que, s’il y a confirmation de Wagner, on est au pied du mur. Il y aura une décision collective à prendre pour poursuivre ou non l’engagement. Les autorités maliennes le savent, et je pense que l’insistance avec laquelle les autorités maliennes démentent le fait que ce soit Wagner, mais affirment que c’est un contingent de coopérants militaires russes, prouve bien que les autorités maliennes cherchent quand même à ménager une présence internationale, dont le contingent français. (abamako.com)

Copyright © Jours d'Afrique 2020, tous droits réservés

Follow us:

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram