Des Sierra-Léonais présentent le diamant de plus de 700 carats mis aux enchères ce lundi 4 écembre à New York.

Des Sierra-Léonais présentent le diamant de plus de 700 carats mis aux enchères ce lundi 4 écembre à New York.

C’est un des dix plus gros diamants de l’histoire qui est mis en vente aux enchères ce lundi 4 décembre à New-York. Baptisé « diamant de la paix », il a été découvert en mars dernier dans la mine d’un pasteur évangélique en Sierra Leone. Les autorités de ce petit pays anglophone d’Afrique de l’Ouest espèrent en tirer le maximum, officiellement pour financer le développement du pays, et faire aussi oublier les scandales liés à ces pierres précieuses.

La Sierra Leone aurait voulu vendre le diamant de la paix sur son sol, mais au mois de mai, l’offre de six millions et demi d’euros présentée à Freetown avait été jugée trop faible. Il s’agit donc aujourd’hui d’en tirer un meilleur prix.

Il s’agit d’un diamant d’une taille exceptionnelle de plus de 700 carats, qui a été découvert dans une mine de la province de Kono, dans l’est du pays. Elle appartient à un pasteur évangélique.

Emmanuel Momoh a eu la bonne idée de remettre la pierre précieuse au gouvernement. Il souhaite que le fruit de la vente serve à « améliorer la vie des populations » dans sa région afin d’y apporter « de l’eau potable, de l‘électricité, des écoles, des équipements de santé, des ponts et des routes… »

Un geste apprécié du gouvernement, qui l’a remercié de ne pas avoir vendu le diamant en contrebande à l’étranger. Selon l’Agence nationale des minerais (NMA), l’acheteur devra verser, entre autres, 15 % du produit de la vente à l’Etat.

Ce diamant de la paix pourrait permettre de tirer un trait sur les diamants du sang, qui ont notamment servi à financer la guerre civile en Sierra Leone entre 1991 et 2002. Ce scandale avait abouti au régime international de certification dit « de Kimberley ». Depuis quinze ans, il fixe les conditions d’exportation des diamants pour ses 75 Etats membres.

KJ

Catégorie:

Economie-Africaine

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*