La chanteuse sénégalaise, Amy Collé Dieng, ici en mai 2017.

La chanteuse sénégalaise, Amy Collé Dieng, ici en mai 2017.

Au Sénégal, la chanteuse Amy Collé Dieng a été inculpée mardi 8 août en fin d’après-midi pour offense au chef de l’Etat et diffusion de fausses nouvelles et placée sous mandat de dépôt. L’artiste a été arrêtée jeudi soir 3 août après la diffusion sur internet d’un enregistrement sonore dans lequel elle critique le chef de l’Etat Macky Sall, qu’elle qualifie notamment de « sournois » et de « lézard ». Elle risque de 6 mois à 3 ans de prison.

La chanteuse a passé sa première nuit au camp pénal des femmes de Dakar. Selon son avocat, Amy Collé Dieng a été arrêtée pour des raisons politiques en plein contexte post-électoral alors qu’elle s’était exprimée dans un cadre privé. Ciré Clédor Ly dénonce une détention arbitraire et a déposé une demande de mise en liberté d’office. Il remet en question l’existence même de la loi sur l’offense au chef de l’Etat.

« Ce qui est important pour moi, en tant que juriste, c’est que le débat soit lancé sur l’abrogation de la loi sur l’offense au chef de l’Etat, qui n’est pas compatible avec les dispositions du Pacte international sur les droits civils et politiques et qui en fait n’a pas sa place dans une société démocratique », témoigne-t-il.

Une autre personne a été inculpée aux côtés d’Amy Collé Dieng, il s’agit d’un homme soupçonné d’avoir diffusé l’enregistrement de l’artiste hors de son cadre d’origine, un groupe privé Whatsapp utilisé par des sympathisants de l’ex-ministre Karim Wade. Les avocats de l’artiste affirment avoir demandé, avant ce placement sous mandat de dépôt, la clémence du ministre de la Justice sénégalais, demande restée pour le moment sans réponse.

Pour le procureur de Dakar les propos d’Amy Collé Dieng sont « répréhensibles », et sont susceptibles d’être « punis par les dispositions du Code pénal ».

KJ

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*