Une rue du centre-ville de Kisangani (photo d'illustration).

Une rue du centre-ville de Kisangani (photo d’illustration).

En RDC, la ville de Kisangani toujours privée d’électricité même si depuis hier, dimanche 12 novembre, la fourniture d’eau est de nouveau assurée. Sur place, la Monusco est intervenue au lendemain de la panne avant l’arrivée du secours envoyé par Kinshasa.

«  Je suis à table à la lumière d’une bougie…». Ce que De Paulin oublie de dire à son interlocuteur au téléphone, c’est que le repas a été cuit sur un feu de bois.

Depuis jeudi, la ville de Kisangani est dans le noir. Les eaux de la rivière Tshopo ont débordé lors des dernières pluies diluviennes, inondant les installations du barrage hydro-électrique et provoquant une panne d’électricité sur toute l’étendue du chef-lieu de la province de la Tshopo. La fourniture d’eau en a également été affectée.

La Monusco a été la première à voler au secours de la population en mettant du matériel à la disposition de la ville. Puis sont intervenus les responsables de la Snel, la Société nationale d’électricité, à partir de Kinshasa. Ils ont envoyé du matériel de secours : trois groupes électrogènes de 350 kVa chacun qui ont permis la reprise de la fourniture d’eau depuis hier dimanche et d’alimenter les sites stratégiques comme la morgue et l’hôpital de référence de la ville.

Ce secours d’urgence permet également de faire face aux besoins internes de la Snel sur place à Kisangani. Une motopompe de grande capacité est, elle aussi, mise à contribution pour dégager les eaux qui ont inondé les installations du barrage hydro-électrique. Cela devrait permettre d’établir un constat sur les dégâts qu’auront subi les machines et donc procéder aux différentes réparations, explique un haut responsable de la société.

KJ

Catégorie:

Actualites

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*