Surveillance de la peste à Madagascar

Surveillance de la peste à Madagascar

A Madagascar, le gouvernement s’attaque aux diffuseurs de fausses informations concernant l’épidémie de peste. Les « fake news » ont envahi les réseaux sociaux malgaches ces derniers jours. Des rumeurs qui alimentent la psychose qui a suivi les nombreux décès de la peste dans le pays. D’après les derniers chiffres du ministère de la Santé publique, publiés ce jeudi 5 octobre, 33 personnes sont mortes de la peste à Madagascar. Face à ces rumeurs, le sujet a été abordé en Conseil du gouvernement par le Premier ministre malgache.

Parmi les fausses informations circulant sur les réseaux sociaux : un top cinq des remèdes maisons pour soigner la peste comme manger de l’ail cru trois fois par jour, boire de l’eau chaude avec du miel ou encore des infusions de fleur de calendula. Ces derniers jours, plusieurs internautes s’improvisent médecins en publiant des prescriptions de médicaments sur leur page Facebook.

Une situation à laquelle les autorités malgaches ont dit vouloir s’attaquer. Lors du dernier conseil du gouvernement, le Premier ministre malgache, Olivier Mahafaly a indiqué que « la traque des individus mal intentionnés, semant la psychose généralisée sur Facebook avec de fausses informations va se poursuivre ».

En début de semaine, un homme a d’ailleurs été arrêté par les services de police en charge de la cybercriminalité. Ce dernier avait affirmé dimanche sur plusieurs groupes Facebook que 40 personnes étaient mortes de la peste dans un hôpital d’Antananarivo. Une rumeur qui avait notamment été la cause d’une ruée des habitants dans les pharmacies pour se procurer des masques. Depuis, le ministère de la Santé a fait savoir que le port de masque n’était utile qu’en cas de contact direct avec un malade ou lors d’une visite dans un hôpital.

KJ

Catégorie:

Sur-le-Net

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*