Election présidentielle à Madagascar, octobre 2013: dans ses recommandations, la Céni demande à fixer elle-même la date des scrutins.

Election présidentielle à Madagascar, octobre 2013: dans ses recommandations, la Céni demande à fixer elle-même la date des scrutins.

A Madagascar, la Céni (Commission électorale nationale indépendante) réclame plus d’indépendance. Elle a remis ses travaux concernant la révision du cadre légal des élections au Premier ministre. Un rapport qu’elle a présenté à la presse. Dans ses recommandations, la Céni demande notamment plus de prérogatives dans l’organisation du processus électoral.

La Céni réclame son indépendance sur le plan financier. Actuellement ses moyens viennent du ministère des Finances. Un fonctionnement qu’il faudrait modifier, explique à RFI Hery Rakotomanana, président de la Céni. « On va donc se plier à la procédure du ministère des Finances, une procédure très fastidieuse et qui va rendre difficile les préparatifs électoraux. La Céni voudrait que les moyens qui lui sont alloués soient déposés sur un compte au Trésor public et que l’on puisse les employer directement ».

Autre recommandation, élargir les pouvoirs de la Céni. Dans le code électoral actuel, c’est le gouvernement qui fixe la date des élections. Mais pour Hery Rakotomanana, il serait plus pertinent que ce soit l’institution elle-même qui fixe la date des scrutins.

Le gouvernement n’a d’ailleurs pas encore arrêté de date précise pour l’élection présidentielle. La Constitution, elle, spécifie qu’elle doit avoir lieu au moins 30 jours avant l’expiration du mandat du président de la République. C’est à dire en décembre 2018.

Réviser les textes électoraux pour des élections crédibles et transparentes dont le résultat sera accepté par tous. C’est le message de la Céni dans ce rapport.

KJ

Catégorie:

Actualites

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*