Olivier Mahafaly, le Premier ministre malgache, en 2016.

Olivier Mahafaly, le Premier ministre malgache, en 2016.

A l’occasion d’un déjeuner de presse, le Premier ministre Olivier Mahafaly a dressé le bilan économique, politique et social de Madagascar. L’occasion d’aborder le sujet de l’insécurité dans les zones rurales qui ne cesse de croître sur la Grande Ile.

C’est un sujet qui préoccupe les Malgaches : vols de bovidés de plus en plus fréquents, enlèvements, l’insécurité dans les zones rurales inquiète, surtout en cette période de fêtes de fin d’année.

Le Premier Ministre l’assure : 10% du budget de l’Etat a été consacré à la lutte contre l’insécurité cette année. Des bataillons interarmées ont été déployés. Mais, pour lui, éradiquer la délinquance est, avant tout, une affaire collective.

Cette analyse ne convainc pas Hawal Mamod’ali, député Mapar dans le district de Morondave, sur la côte ouest de Madagascar. Pour lui, il faudrait que les détachements interarmées soient postés un peu partout dans l’île et pas cantonnés dans des camps.

Pour des zébus et même… des friandises

Il déplore les attaques de Dahalo pour des zébus. Des Dahalos qui n’ont pas hésité à prendre des gendarmes en otages il y a quelques jours. Mardi 27 décembre, des délinquants s’en sont pris à une vendeuse de friandises sur le marché et l’ont menacée avec une machette. Pour le député, c’est la pauvreté qui engendre la violence.

Le Premier ministre Olivier Mahafaly l’a reconnu : il reste encore des efforts à faire. En 2018, c’est 30 % du budget de l’Etat qui sera alloué à la lutte contre l’insécurité.

KJ

Catégorie:

Economie-Africaine

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*