Leila Zerrougui a déjà travaillé pour plusieurs missions de l’ONU et a même été numéro 2 de la Monusco de 2008 à 2012.

Leila Zerrougui a déjà travaillé pour plusieurs missions de l’ONU et a même été numéro 2 de la Monusco de 2008 à 2012.

Cérémonie de bienvenue et garde d’honneur ce lundi matin 12 février à la Monusco pour Leila Zerrougui, la nouvelle représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en RDC. La diplomate algérienne est arrivée à Kinshasa vendredi soir. A 61 ans, elle prend la tête de la plus grande mission de maintien de la paix dans le monde, en remplacement de Maman Sidikou. Et ce, dans un contexte difficile, entre crise politique interne et bras de fer avec les autorités congolaises sur le rôle de la mission en RDC.

Leila Zerrougui n’arrive pas en terre inconnue. Elle a déjà travaillé pour plusieurs missions de l’ONU et a même été numéro 2 de la Monusco de 2008 à 2012. Ceux qui l’ont connue à Kinshasa à l’époque vantent sa force de caractère, sa finesse d’analyse et sa longue expérience dans le domaine des droits de l’homme.

Mais la diplomate arrive sur un terrain miné. La crise politique interne se durcit, plusieurs marches ont été dispersées dans le sang, l’opposition et les laïcs soutenus par l’église catholique en annoncent de nouvelles, et les foyers d’insécurité restent nombreux. Autant de défis pour la Monusco, dont la marge de manœuvre semble pourtant se réduire. Le dialogue avec les autorités est tendu.

Sourcilleuse sur sa souveraineté, Kinshasa tolère de moins en moins bien les critiques de la Monusco, sur la question des droits de l’homme notamment. Le président Kabila a accusé fin janvier la mission d’être inefficace, de vouloir mettre son pays sous tutelle et lui demande de réduire la voilure.

Dans plusieurs régions, la coopération militaire ONU/armée congolaise est en panne, autour de Beni et dans les Kasai notamment. Dans ce contexte, le renouvellement du mandat de la mission fin mars pourrait constituer pour Leila Zerrougui un premier virage difficile.

Catégorie:

Actualites

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*