La mort de l'artiste sud-africain Tsekeleke, star du Kwaito, a été annoncée mercredi.

La mort de l’artiste sud-africain Tsekeleke, star du Kwaito, a été annoncée mercredi.

La mort de l’artiste sud-africain Mixon «Tsekeleke» Tholo a été annoncée ce mercredi 2 août. Pionnier du Kwaito – musique électronique inspirée de la House- né dans les townships de Johannesburg au début des années 1990 -, Tsekeleke est mort des suites du diabète après une longue hospitalisation. Il était aussi célèbre pour ses pas de danse légendaires que pour son fort embonpoint.

Le souvenir qui reste est celui d’une personnalité « joyeuse », celle d’un bonhomme « plus grand que nature ». Mixon « Tsekeleke » Tholo a insufflé son rythme à l’Afrique du Sud post-apartheid et inspiré toute une génération. « C’était un colosse de la musique Kwaito. Dans les années 1990, il faisait partie de ceux qui ont fait danser la Nation, la démocratie encore fragile. Il était vraiment gros, mais il savait danser ! Il était d’une grande souplesse sur scène. Et il captivait son public », raconte le journaliste Khaya Kumalo.

« Sans honte et sans peur »

Impossible d’évoquer Tsekeleke sans parler de son surpoids. C’est le thème de la plupart de ses chansons, à commencer par la plus célèbre, Fatty Boom Boom. Une chanson qui parle d’une « personne très grosse, mais aussi pleine d’énergie, pleine de vie, qui vit sa vie sans honte et sans avoir aucune peur », poursuit Khaya Kumalo.

Cette résilience de Tsekeleke a fasciné l’Afrique du Sud, mais l’histoire a une fin tragique. Atteint du diabète depuis plusieurs années, la star du Kwaito s’est éteinte mardi 1er août après une longue hospitalisation, et plusieurs amputations.

« Beaucoup d’entre nous espéraient qu’il arriverait à s’en sortir, vraiment. C’est vraiment une fin terrible… », regrette Khaya Kumalo. Le journaliste admet que la mort de l’idole est aussi « un signal d’alarme » sur les risques de l’obésité et du diabète en Afrique du Sud.

KJ

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*