Les employés de Total réclament la fin du blocage des prêts à taux zéro et du non-versement de leurs primes d'intéressement (photo d'illustration). © Getty Images

Les employés de Total réclament la fin du blocage des prêts à taux zéro et du non-versement de leurs primes d’intéressement (photo d’illustration).
© Getty Images

Au Congo-Brazzaville, les sites d’exploitation du géant pétrolier Total sont à l’arrêt, paralysés par un mouvement social des employés. L’intersyndicale des salariés du groupe a annoncé une mobilisation générale jusqu’à ce que la direction réponde à leurs revendications.

Selon une source proche du dossier, c’est un échange entre des salariés de Total et leur directeur qui a mis le feu aux poudres. Un échange qui a eu lieu lors d’une visite sur site, en mer de Yanga au large de Pointe-Noire.

Les agents de la plateforme se sont plaints du blocage des prêts à taux zéro qui leur étaient dus, selon eux, et du non-versement de leurs primes d’intéressement.

Mais le directeur n’a pas répondu favorablement à leurs demandes. Les syndicalistes ont alors pris le relai et ont convoqué une assemblée générale au siège de la compagnie.

La réunion s’est alors transformée en manifestation et les salariés ont été dispersés par la police à coups de gaz lacrymogènes. L’intersyndicale a réaffirmé jeudi sa détermination : le travail ne reprendra pas tant que les salariés n’auront obtenu gain de cause.

De son côté, dans un communiqué rendu public jeudi, la direction de Total affirme que « les questions des prêts au personnel et du versement des primes d’intéressement sont en cours de traitement ». L’entreprise se dit également ouverte au dialogue avec les syndicats.

KJ

Catégorie:

Economie-Africaine

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*