La ville de Bamenda au Cameroun anglophone.

La ville de Bamenda au Cameroun anglophone.

Au Cameroun, des centaines de milliers d’élèves ont retrouvé les chemins des classes ce lundi matin. Sur les dix régions que compte le pays, deux ont particulièrement polarisé l’attention, le sud-ouest et le nord-ouest anglophone ou une crise sociopolitique dure depuis dix mois. Après une année scolaire particulièrement agitée, le pouvoir central de Yaoundé s’est donné pour défi de réussir la rentrée dans ces régions.

L’étincelle dans cette journée de tensions est venue de la localité de Kifem dans la région du nord-ouest, à une centaine de kilomètres de Bamenda. Des gendarmes qui tentaient d’interpeller des suspects, identifiés comme des trafiquants de stupéfiants, se sont heurtés à une forte résistance de la part de ces derniers.

Selon un communiqué du ministère de la Défense, un gendarme a été grièvement blessé pendant les échauffourées. En réponse, les gendarmes ont accidentellement tué l’un des assaillants, selon les termes du même communiqué.

Surchauffe

Suffisant pour mettre en surchauffe Bamenda et sa région en cette journée de rentrée scolaire plutôt timide. Les écoles pour la plupart sont restées portes closes, mis à part quelques établissements publics placés sous forte surveillance policière. Bamenda avait davantage des allures de ville morte : les commerces fermés et les taxis absents de la circulation.

Ambiance quasi similaire à Buéa, dans le sud-ouest. Certains parents d’élèves joints nous ont confié qu’ils redoutaient des violences contre leurs enfants. Dans la plupart des villes anglophones, des tracts avaient circulé invitant les parents à garder leurs enfants chez eux.

Morosité

Autre explication plausible pouvant justifier cette morosité, le fait que plusieurs élèves, peut-être des milliers, selon un directeur de collège à Buéa, auraient déjà fait le choix de se scolariser dans des villes de régions francophones du pays.

KJ

 

Catégorie:

Education

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*