Les_laureats_upa_cameroun
59 étudiants au total, parmi lesquels 16 Camerounais ont reçu leur parchemin vendredi dernier à Yaoundé.

Vendredi 20 janvier 2017, l’Université Panafricaine (UPA) a pour la seconde fois remis des parchemins à ses étudiants au cours d’une cérémonie riche en couleurs. Ils étaient 100 candidats sélectionnés par appel à candidature au départ, venus du Sénégal, Nigéria, Sierra Leone, Burkina Faso, Ghana, Tchad, Rwanda, Éthiopie, Congo, Mali, entre autres. Seuls 59 étudiants sont arrivés au bout du parcours.

Le premier de cette promotion baptisée «L’Afrique que nous voulons» est Oginni Simon Oyewole, de nationalité nigériane. Vient en seconde position, la camerounaise Zapfack Dogmo Mileva Duchel. «Après plus de deux ans de formation en terre africaine, par les Africains et pour les Africains, nous pouvons vous assurer que nous sommes outillés et prêts à servir dans tous les pays de notre continent. Avec les compétences acquises, nous ne prendrons pas le chemin du désert et de la mer. Ensemble nous changerons notre pays», ponctue le porte-parole des Lauréats dans ses propos de circonstance.

Ce qu’appuie Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur: «vous êtes les gladiateurs de la connaissance et de la compétence. Soyez-le partout de manière intrépide et conquérante», a-t-il scandé avant de procéder à la remise des parchemins. Il était accompagné dans cette tâche par le ministre de l’Éducation de Base, Youssoupha Adidja, et par le  Recteur de l’Université de Yaoundé II, Ibrahimou Ahmadou.

L’UPA est née de la volonté commune des Chefs d’État lors de la 15e session ordinaire de la Conférence des chefs d’États et de Gouvernements du 27 juillet 2010 à Kampala. Il s’agit d’un réseau académique continental des institutions d’enseignement supérieur pour les études du 3e cycle.  Ses modules sont organisés en 5 domaines thématiques et hébergés dans 5 pays dans les 5 régions du continent.

En plus du Nigéria, de l’Algérie, du Kenya et de l’Afrique du Sud, le Cameroun abrite l’Institut pour la Gouvernance, Humanité, les Sciences sociales et humaines. Ce pôle de l’UPA est le seul à dispenser d’une formation bilingue. Chaque cours en français a de ce fait un équivalent en Anglais. Ce qui justifie la durée du Master de trois ans au lieu de deux, car une année est dédiée à l’apprentissage de la langue anglaise.

Comme toutes les universités de par le monde, l’UPA a sa tête un recteur. Au Cameroun, il s’agit du Pr. Ntuda Ebode.

KJ

Catégorie:

Education

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*