La Kényane Jemima Sumgong.

La Kényane Jemima Sumgong.

C’est un nouveau coup porté à la crédibilité de l’athlétisme kényan : Jemima Sumgong, la championne olympique du marathon, a subi un test antidopage positif cette semaine. Annonce faite par la Fédération internationale d’athlétisme qui est à l’origine de ce contrôle.

Le sport kényan est dans le collimateur depuis des mois et il n’est pas surprenant que l’IAAF (la Fédération internationale d’athlétisme) ait diligenté des contrôles antidopage cette semaine au Kenya. Notamment des contrôles inopinés, hors compétition.

Résultat, une championne olympique dans la nasse : Jemima Sumgong. Elle a pris de l’EPO selon un premier examen. Une analyse encore à confirmer avec l’échantillon B.

Elle était la marathonienne de l’année 2016

En août dernier, à Rio Jemima Sumgong était devenue la première Kényane à remporter un marathon olympique. 2016 semblait même être son année. Elle avait aussi remporté en avril le prestigieux Marathon de Londres, malgré une chute sur le parcours.

A 31 ans, ces deux succès avaient des allures de consécration pour une athlète longtemps habituée aux places d’honneur : la 2e place à Boston en 2012, à Chicago en 2013 ou encore à New York en 2014.

Jemima Sumgong devait défendre son titre dans deux semaines au marathon de Londres. Elle ne le fera pas. Elle est suspendue.

Comme Rita Jeptoo

Son histoire rappelle celui de son ancienne partenaire d’entraînement Rita Jeptoo, elle aussi contrôlée positive à l’EPO alors qu’elle était considérée comme la meilleure marathonienne du moment. C’était en 2014 et Jeptoo purge actuellement quatre ans de suspension.

Ce sont les deux cas les plus emblématiques parmi la cinquantaine d’athlètes kényans convaincus de dopage lors des quatre dernières années.

KJ

Catégorie:

Sports-en-Direct

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*